Lettre de recommandation pour amis révoltés

 

Azélie F.                                                                                            le 14 février 1969

8, impasse de la Vertu,

69690 Adada

Objet : Lettre de recommandation pour mœurs honorables de mes camarades Antoine L., Antoine T., Mathieu A. et Anne B.

Cher Monsieur, Chère Madame,

      Je tenais à parler à cœur ouvert, pour vous recommander avec la plus grande chaleur les dénommés Antoine L., Antoine T., Mathieu A. et Anne B. Ces derniers ont en effet toujours fait part d’une grande générosité, notamment maltée, dans leur précédent appartement : il m’a toujours été possible de dégager fumée et balourdises diverses en leur logis. Ils n’usent que peu leur gazinière, et préfèrent soutenir la vie commerçante des marchands du ventre ; ils ne font montre d’aucune maltraitance animale envers plus petit qu’eux, appréciant les pizzas végétariennes et les visites souricières. Ils n’usent en outre qu’avec intermittence les bancs de notre université tombée en ruines, et participent avec ferveur à la vie de notre cité, notamment par leur fréquentation de nos boîtes à livres, gage de leurs bonnes mœurs et de leur esprit civique. Ces grands esprits font preuve de la plus grande bonhomie, n’hésitant pas à se passer la manette ou un coup de main, prenant avec philosophie les quelques aléas que présente tout examen non visité. L’homonymie prénominale de deux de ces comparses est une source de joie intarissable ; ces bons gaillards savent partager quelques effrois devant les abîmes de la vie. Gaillards, ils le sont, mais aux trois quarts : la présence de leur camarade est un ferment féministe non négligeable, et leurs bonnes lectures ne peuvent qu’attester leur participation aux mouvements populaires et sociaux anti-capitalistiques les plus divers. Leurs intérêts les plus divers pour Proust, Renan, Ramuz, les gaufres et la pêche à la ligne laissent deviner une fréquentation assidue de leur futur appartement, qui ne pourra être meublé qu’avec bon goût et les conseils avisés d’Edgar Allan Poe, ainsi que de son futur caractère de quartier général pour une jeunesse estudiantine bouillonnante et sympathique. Qui pour lancer des pavés et des pages d’annuaire ? La bourgeoisie doit quelquefois s’effrayer !

        C’est ainsi, Madame, Monsieur, que je vous recommande chaleureusement ces petits révolutionnaires en herbe, de l’espèce des plus radicaux.

Avec l’expression de mes sentiments les plus révoltés,

Azélie F.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s