Corps de métro

Étonnant de voir comme le moindre pas s’inscrit dans un pas déjà fait, la marque des corps en habitude, le tangage de toute une rame, presque à l’unisson.
Comme un instinct de ville dans ces corps face aux portes des rames en attente, mais déjà prises, au moins dans d’autres lignes. Des échappées toutes les mêmes, points de fuite connues par des sentiers balisés. La ville sue qui infléchit le corps pris dans un couloir, on penche un peu pour ne pas heurter d’inévitables voisins.
Et on sait que demain sera pareil, le même ballet, si quelqu’un pouvait le chorégraphier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s