Pour la galerie.

Je sentais la femme à ma droite et celle, devant moi, qui toutes retenaient leur souffle – on ne perturbe pas une lecture dans une galerie, mouchoir de poche étalé dans la rue, tout le monde un verre à la main, nous étions les vaillantes qui donnions le change. Je me concentrais sur la lecture, en anglais misère, mais ça allait, et je me laissais aller au rythme de la prose – les accentuations, ça nous remue, les Frenchies.

Je la regardais tant que je pouvais, grande comme les autres n’étaient pas, et bien visible, mon pauvre sac à la main, quelle idée d’en relire deux à la fois, et avais-je besoin de mes lunettes de soleil un soir d’hiver.

La fille devant moi se voulait poétesse, je la regardais du côté du coin de l’œil qui tournait, le temps qu’elle aille demander une signature – je le fais souvent, mais là, j’avais rien à dire rien à signer. On se retrouve à causer dans la rue, la pente de Belleville qui nous étage en espaliers, beaucoup de femmes ont des robes ou des tissus colorés, parfois des paillettes, parfois des galons. J’ai trop chaud, le rouge piquait, j’ai gardé mon manteau, les gens parlent, pas d’avis, alors je ne dis rien. Quelques minutes avec un copain à parler politique, bien sûr le désespoir, allez, on s’efforce d’y croire – encore un peu.

Ça ne bouge pas beaucoup, je dois avoir les dents violettes, à la lumière des néons ça les blanchit pour pas cher. Je pense au bouquin que je lirai dans le métro, quand je rentrerai, les jambes allongées pour me garantir une hostile solitude – et la fille de la lecture qui vient, et qui me remercie de mon regard. Il est torve, maintenant, et je vois la fille albinos à côté d’elle, la lumière qui sort de la galerie est dorée, je me demande si je devrais remettre des robes, pour ces fois où je me retrouve avec mon gobelet en plastique. J’entends les mêmes accentuations, je dépatouille quatre mots d’anglais, un grand sourire, facebook, métro : retour au dessin, le regard posé sur la feuille, ça se garde et ça se partage.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s