Il pleut chez Will

Il pleut sur Paris comme il pleut dans les bandes dessinées de Will Eisner – avec plus d’éclaircies, aujourd’hui, entre deux métros. C’est de la déréliction qui tombe du ciel vide dans A Contract with God, et le trait s’en fait, paradoxalement, révélateur: c’est la pluie qui fait la forme le personnage, et qui s’étale en hypallage. Des torrents qui s’écartent des corps abattus comme des trombes, et les mettent en reliefs: c’est bien dans l’ombre que l’on trouve la lumière chez Eisner, celle du trait qui touche.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s