Métro, encore

Dans le métro qui poursuivait sa route, le sac sur ses genoux – encore un homme à côté d’elle qui ne savait tenir les siens. Posé sur le sac ainsi recueilli, un livre sur lequel elle ne parvenait à se concentrer, agacée par ses genoux, distincts des siens, mais qui les heurtait en même temps qu’elle. Souffler fut inutile : son regard ne voyait que celui de l’autre, étalé, contemplait les parois des couloirs métropolitains, et rien n’y faisait – L. n’existait pas. Les yeux maintenant dans le vague, elle se lançait dans une errance toute oculaire, sans s’attarder sur aucun visage – les gens sont si susceptibles. En face d’L., une femme sans âge, qui parvenait apparemment à lire, et son sac posé à côté d’elle sur le siège, et qui retenait l’attention de L. Il était entrouvert comme le sont les promesses auxquelles on voudrait croire, laissant deviner dans sa béance un papier, visible pour qui voulait voir, sur lequel était écrit des mots, non ceux que l’on note pour soi dans des carnets, mais, en grandes capitales, tracées au feutre noir sur le papier à petits carreaux. L. ne parvenait pas à lire, elle tourna la tête, repoussant le genou, sans même s’en rendre compte, de son pénible voisin – un grognement lui répondit – et se concentra, malgré l’indiscrétion, sur le papier. Un mouvement la fit frémir : une main sur le sac le fit mouvoir, apeurant L. qui se savait impolie, la femme toujours plongée dans son livre, le mot maintenant bien lisible :

MA SŒUR, TU N’ES PAS SEULE. MADAME D. POUR NOUS TOUTES.

LE PRIVÉ EST POLITIQUE.

Intriguée, L. leva les yeux sur sa voisine, qui ne bougea pas. Les yeux à nouveau sur le papier, un peu chiffonné, elle se demanda si ses mots s’adressaient à elle, elle parmi d’autres, et ce qu’ils pouvaient signifier. Un nouveau regard lancé vers sa voisine, audace qu’elle ne se serait pas imaginée, sans qu’aucune rencontre ne se produisit. Un nom de station fut annoncé ; elle regarda la femme reprendre son sac, se lever et descendre, sans lui dire un mot.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s