Dans ses rêves

Il s’est penché vers moi, cette nuit, et m’a enrobée de son regard. Muette, partiellement sous les draps, j’ai suspendu, un instant, ma respiration, avant de la reprendre – pourvu qu’il ne comprenne pas. Son regard pesait sur mes épaules, glissant sur mon dos. La tête dans l’oreiller, je gardais les yeux grands fermés, m’accrochant au bruit de sa respiration, peut-être un peu plus profonde que d’habitude. Il ne bougeait plus, et moi à l’unisson, prise dans l’attente de ce souffle, cramponnée à sa régularité. Il ne remuait pas plus, mais je savais déjà, pour l’avoir entendu me le dire, qu’il aimait me regarder dormir, trouvant dans les rêves qu’il me prêtait un apaisement que je ne pouvais même imaginer – et mes nuits restaient sans rêves, blanches de son espoir, vidées par ses espérances, pendant qu’il rêvait les rêves que je ne faisais plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s