Du puits.

Et j’arriverai, grattant les briques enjambant la margelle, l’œil torve et fixe, griffant la pierre visqueuse, clapotant l’eau froide, croupie de tes mensonges et de tes silences, m’accrochant à la moindre aspérité de la paroi pour remonter, nue, luisante à la lumière.

C’est la nuit que tu craindras, celle qui voit les ballons de douleur percer le ciel, et le scrupule te retourna sur ta litière. C’est sous la clarté glauque des étoiles que je surgirai, et tes cauchemars porteront mon nom.

Le corps luisant d’algues, rigide de l’eau qui stagne, la vérité sort de la bouche des meurtries.

 

véritépuits.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s