Encore des fantômes.

L. se réveilla, le lit était vide. Elle se pencha un peu sur le rebord, en quête d’un bruit qui ne venait pas. Le salon, qu’elle voyait à travers la porte restée entr’ouverte, semblait vide – un peu de désordre lui ordonnait du rangement. L. posa un pied sur des dalles froides,  l’autre suivit de près. Elle passa dans le salon, vit au travers de vêtements dépareillés des traces laissées par une semelle peu attentive, suivit la trace d’un passé, annonciateur d’un ménage à venir. La prophétie se répétait, régulièrement, dans l’appartement vidé; une tasse au fond sale devant l’évier lui dessinait un parcours, dont elle devinait l’achèvement à l’orée de la porte d’entrée. L. voyait dans l’ombre des fenêtres un peu de poussière voleter, puis retomber.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s