Réveil.

Le lit doucement s’agitait, la couette frémissante soupira, basculant un corps toujours endormi, déjà se réveillant. Les cheveux éparpillés sur l’oreiller, la tête oscillante, elle se réveillait. Languissante, elle se ranimait. Le sommeil se faisait songe sans encore devenir jour: les restes d’entrelacements nocturnes la berçaient, s’agitant sous ses paupières mi-closes – son rêve se faisait rêverie. Elle attira le jour à elle pour en jouir, encouragée par la moiteur qu’elle hébergeait et voulait explorer.

Deux doigts rouges la jetèrent hors de la nuit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s