Au quatrième.

Le lendemain du troisième jour, je me croyais forte je me sentais amoureuse,

Et dans sa chambre on a fait l’amour, et je sentais que je le voulais – même si je ne comprenais pas encore que vouloir, c’est savoir ce que d’autres ont fait de nous,

Quand on vit de l’écume des mythologies et des affiches publicitaires,

Dans un monde qui dépasse ce que l’on peut imaginer, du bas de seize années de lectures et de solitudes, dans l’ombre de sa vie.

Allongés, il me parlait, je l’écoutais, cette langue doublement inconnue – l’allemand, que je n’aurais jamais qu’appris, celle des oreillers que je découvrais,

Et il a mentionné l’ombre dans laquelle je me trouvais reléguée, sa vie là-bas et moi juste ici.

J’ai tourné la tête, en regardant le sol – je ne comprenais plus ce qu’il disait.

J’ai regardé cette larme, le long de mon cou le long de mon bras

Jusqu’au sol.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s