Ce soir.

C’est ta voix, non filtrée par un combiné, que je regrette ce soir – et tes mains sur mes seins, et ton odeur plein mon lit, et ce dernier en cascades.

Te voir quand tu te réveilles, si je pense à demain matin (ou à demain après-midi…), et savoir que tu vas râler, bien sûr que j’en rigole déjà.

Et je m’amuse de voir comment j’ai nettoyé le fond des combles de mon petit studio, dans lequel je m’étalerai ce soir, en pensant à toi – mais aussi à moi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s