Mes sœurs.

« Il m’est bien souvent arrivé, mes sœurs, de rester le soir dans la cuisine éteinte, à regarder la nuit engloutir les marmites sales, en espérant les voir se dissoudre dans l’obscurité. L’or qui disparaissait à travers les persiennes me rappelait, presque chaque soir, la fin de chaque journée, et la profondeur des nuits à domicile – et je rêvais de faire de ma cuisine un royaume, ni sale, ni immaculé, mais impénétrable et périlleux. De temps à autre une corneille vaquait sur le toit au-dessus de ma fenêtre, comme pour me rappeler qu’il me fallait ordonner des lieux qui ne m’appartenaient pas.

Alors, une casserole après l’autre, soulevée écumante, c’est dans les débordements, couvrant les affpops venus du salon, que je m’esquissais un royaume, non d’espace mais de temps, volé à l’assignation quotidienne. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s