L’ombre pour la proie.

Elle a lâché l’ombre pour la proie, et c’est maintenant qu’elle connaît la tristesse des réalités, l’amertume des détails et la certitudes des secrets glissés entre deux portes. C’est son impression que je retrouve, parfois, en laissant sur la table mon cahier pour l’eau – pas celle du delà, mais de l’évier aux éclaboussures de vaisselle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s