Comme une roue.

Y a bien eu un moment où je n’avais plus rien à dire, mais je voulais encore te parler, alors j’ai répété et insisté, comme une roue qu’on dit libre et qui roule, pas sûr que ce soit si libre que ça, une roue, quand ça roule, la liberté c’est plutôt un truc de chute.

Et moi, je continuais ça, à t’expliquer ce que je te disais et que je te voyais ne pas entendre, et que ça ne passait plus, mais je savais que c’était important peut-être pas de dire mais de parler, et de continuer encore et à encore, c’est ma roue à moi qui palpitait fort, je la sentais de bas en haut le cœur et encore un peu à gauche, même si je ne voyais plus très bien.

Toi je te voyais, quelque part dans le flou de mes cils, une impression de ne plus te voir comme il faut, alors me voilà encore à répéter ce que je veux que tu entendes – parce que c’est important, que tu m’entendes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s