Les Cassandre.

L. continuait d’entendre les voix des femmes qui l’entouraient, leurs mots l’entourant, parfois elle percevait un éclat de rire, ou une réplique fuser par dessus les autres – elle ne se sentait pas encore bien, mais elle se trouvait mieux, sur cette chaise un peu de guingois, avec quelques gobelets sur un rouleau de chantier devant elle. Une bouteille de cidre circulait, une autre de vin rouge avait déjà été vidée – L. se demanda rapidement comment ses bouteilles avaient été récupérées malgré les contraintes sanitaires, quand L. entendit raconter le braquage de la veille, et vit l’ombre des caisses dans un coin.

L. sentait revivre en elle une vieille colère, quelque chose de sombre qui montait, et L. ne savait quelle place elle devait lui donner, ni si elle pourrait en changer la couleur. L. se dit en dedans qu’L. n’avait pas tellement voulu la jouer, cette tragédie, dont L. savait maintenant retrouver la toile qui l’avait prise, et qu’elle retrouvait aussi dans ce qu’L. entendait, parfois à mots couverts, dans les voix de ses amies. L. se retrouvait entre disparues, entre effacées du monde, parties dans le décor et les bas-fonds, à racler la merde dont on les avait ensevelies, à enfoncer les doigts dans des orbites qu’on avait crues vides, pour en ramener des yeux fermés – ou tournés en dedans, dans l’attente de pouvoir voir. L. entendait des voix dont elle commençait à discerner des mots; L. avait l’impression de redonner aux mots leur sens, de voir autour d’elle les Cassandre déguisées en furies écarter leurs haillons, pour montrer les vastes gouffres qu’elles avaient en dedans. Elles étaient autour d’L. des bouches de lumière, aux paroles scintillantes, charriant la boue et la merde qui les enlisait et cachaient leurs squelettes d’acier, dont les éclats se révélaient à chaque verre croisé, à chaque rire échangé. L. voyait dans ces vieilles Cassandre de toujours celles que l’on n’écoute plus de ne plus vouloir les entendre, les harpies qui hurlaient des douleurs trop encombrantes, les Pandores forcées de se taire – et, entre les gobelets salis par le vin rouge et les mains mal lavées, L. voyait les douleurs étirées entre leurs épingles, disséquées sur les planches de leurs grands-mères, échangées pour mieux se reconnaître: les chagrins qu’il avait fallu avaler, et que les vieilles chouettes régurgitaient enfin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s