Ma colère.

Hier, j’ai empaqueté ma colère, bien pliée bien nouée comme un mouchoir, portée comme un baluchon, nouée au bout de mes poings serrés, trimballée contre mes hanches, écartées par la fureur qui se ballotait elle-même, des genoux aux hanches des hanches au bassin du bassin aux chevilles – et la sentir, au bout des doigts, prête à jaillir. Et de la voir, déjà éclatée sur le visage mi-goguenard mi-suspicieux des badauds trainards de murs, reluqueurs de femmes, à la façon dont ils s’écartaient de mon chemin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s