Un peu rouge.

Passée la porte du débarras, à la recherche des tomates en boîte sur une des étagères – mais laquelle ? –, elle longeait le mur en parcourant l’étroit couloir encombré, à demi courbée. Redressée contre le mur, face aux planches, elle ferma les yeux, une demi-seconde dans un demi vertige, le mur derrière son dos, les mains derrière son dos, et elle l’imagina avec elle, surgissant de son attente, appelé par le frisson de son imagination, quelque part en face d’elle dans l’espace que ne laissaient pas les étagères entre elle, le mur et elles, et où elle le mettait lui, face à elle elle comme jamais il ne l’avait été, son nez glissant sur son cou ses doigts autour de la ceinture de son pantalon et ses mains encore ailleurs – tant qu’à imaginer, autant en rajouter.

En revenant dans la cuisine, elle posa, un peu rouge, la boîte de tomates sur la table.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s