La vaisselle.

Et L., debout dans la cuisine, sentit derrière elle les mains qui ne l’enlaçaient pas, le repas qu’elle mangerait seule, ce soir, en laissant un petit tupperware dans le frigo, quelque chose de rapide à réchauffer. Elle verrait peut-être sa silhouette passer dans le lit, au détour d’un rêve, un soupçon de lui, avant qu’il se lève – L. le voyait si peu, ces derniers temps. Elle chantonnait, tout bas, une chanson à elle-même qu’elle s’inventait au fur et à démesure, pas très bien accordée, un de ses petits plaisirs qu’elle se donnait. Elle sentit un souffle la frôler, étira son dos dans l’attente de chatouilles, ou de mains sur ses hanches, d’une ombre qui passerait sur son cou.

La nuit était tombée dans la cuisine; elle eut un instant l’impression de voir une ombre assise près de la table, rangea la vaisselle et partit se coucher.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s