Papa ici.

C’est bizarre, je me dis, comme je n’ai jamais vu

Papa ici

Et comme je l’attends,

Quand même mon père

en rentrant chez moi

Et que Papa est partout

Dans ce que je voulais lui montrer lui dire lui raconter

– Eh, Papa, quand même,

D’accord, un bordel des Bordeaux

Mais nous c’est la banlieue d’à côté

Et le bordel de toi parti

Et ton bazar laissé

Et tout à ranger

et ce qu’on perd on le retrouve

Parfois

Parfois même sans savoir

Qu’on l’avait perdu.

Quand même Papa, je te parle moins

Mais je te dis au revoir

Avec tout ce que je t’ai raconté

Avec le forfait illimité

Et le soir en mangeant

Et le câlin pas souvent

Mais tu apprenais à petits pas

de Papa

Qui voit qu’il faut s’y coller, au nouveau monde

Et le prendre dans ses bras

Comme tu m’as tenu les mains

Mes pieds sur tes petits pieds

pour marcher dans tes pas.

Eh Papa, elle était belle cette année,

où on n’a fait que bouffer, et j’ai quand même maigri

En même temps que toi,

Où je t’ai blagué en te disant qu’il te poussait un utérus,

Vu que t’avais des douleurs comme des règles

Puis de la douleur hors de ça, et que t’as rigolé la dernière fois que j’ai râlé

Tout doucement.

Moi je me sens bête de la douleur que j’ai pas complètement vue,

Des bras sur rien

Du bordel à ranger à Bordeaux

De la vie comme un demi-jour

Du vide-grenier sur la route des courses

– j’ai ramené que les courses, lourdes au bout des bras.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s