La puce.

L. sentit son téléphone vibrer dans sa poche – encore une affpop, se dit-elle en vérifiant machinalement l’écran des notifications. Elle avait encore oublié ce qui parvenait si souvent, à l’époque lointaine où elle s’échinait dans un entrepôt vaste, et écarté de la ville – il lui fallait prendre trois bus pour le rejoindre, et les attendre dans les heures bleues. L. ne sourit même pas en se rappelant ces années passées, des engelures de ses doigts et de l’emploi du temps millimétré, jusqu’à ces détails les plus infimes – et qui rendaient toute velléité de paresse ou de petit sabotage impossibles. Sur son écran, elle voyait l’annonce lui rappelant que sa vessie avait atteint le délicat taux de remplissage de 85% – celui qui, à l’époque de l’entrepôt, justifiait enfin une pause rapide, et surveillée, jusqu’au bloc froid des sanitaires, après l’accord de son supersuperviseur. Elle se souvenait avoir, plusieurs fois, devoir dû attendre trop longtemps l’aval de ce dernier, parce que parfois cela l’amusait, de la voir scanner des cartons en se dandinant, d’une jambe sur l’autre, ou par simple oubli – l’entrepôt était vaste. D’autres supersuperviseurs avaient activé l’autorisation automatique que lui refusait, par souci de proximité avec les remballeurs, disait-il. Elle avait arrêté d’y travailler une fois où, après plusieurs années à y dérouler des nuits et des week-ends, à côté et à la place de ses études, L. avait décidé de ne plus attendre, et s’était précipité d’elle-même, sans autorisation, jusqu’aux toilettes. Son historique dans l’entrepôt ni l’enregistrement des signaux de la puce n’avaient pu la sauver du licenciement pour rébellion ; elle n’avait d’ailleurs pas tellement fait valoir son droit d’être là, à glisser des cartons dans des palettes et des palettes dans une arène de stockage, à ras du ballet des camions, et elle avait fini par rester chez elle, les soirs qui venaient, cherchant un autre boulot, et retrouvant suffisamment de liberté pour oublier jusqu’au signal bluetooth venu de sa vessie, de ce temps où il lui avait si souvent fallu attendre un signal pour pisser.

Une réflexion sur “La puce.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s