Bien des fantômes.

M. restait dans le salon, l’ordinateur de L. sur les genoux. Cela faisait déjà quelques heures qu’il en avait débloqué l’historique, et il remontait le fil d’une vie qui n’était pas la sienne, et dont il peinait à comprendre l’étrangeté. Il passa rapidement les vidéos culinaires, sans trop comprendre les heures qu’avait pu consacrer L. à de tels visionnages, pour rester une aussi médiocre cuisinière – qu’il regrettait, toutefois, lui-même n’ayant que deux ou trois plats à son répertoire. Il les marqua, se disant qu’il trouverait peut-être, pour un soir ou un autre, des idées, s’il lui prenait l’envie d’améliorer l’ordinaire, tout en se demandant si ce soudain optimisme trouverait sa réalisation.

M. ouvrit les dossiers, cherchant dans les images conservées dans l’ordinateur et le téléphone de L. un parfum, qui s’approchait de sa présence – et peut-être expliquerait son absence. Il ouvrit des dossiers, fronça les sourcils et approcha ses yeux de l’écran avant de zoomer, puis d’en ouvrir quelques-unes, et tomba sur le dossier de mèmes de L. – et rigola en en reconnaissant plusieurs. La plupart étaient roses, fuchsia, violets, girly, et ils l’ennuyaient dès qu’il en voyait l’aperçu en vignette – ceux-là, il ne les ouvrait même pas. Il retrouva ainsi, l’une après l’autre, les reliques des blagues qu’L. et lui avaient pu échanger, au fur et à mesure des années, enregistrées dans le plus grand des désordres, qui le ramenait brutalement des débuts de leur fréquentation à quelques engueulades qu’elle savait désamorcer, et beaucoup, inscrits dans une actualité passée, qu’il ne comprenait plus, maintenant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s