Beau comme.

Alors, c’est quoi le mieux ? qu’il demanda. Vaut mieux être beau comme un camion, ou comme un pape ?

C’est que ça se discute – un beau camion, monté sur roues comme des échasses, les jantes brillantes au crépuscule, et la fière remorque… – mais un pape ! lustré à l’âme de pauvre bête, rafistolé tous les quatre matins…

Et lui aussi fourni avec son camion ! Modèle réduit et aéré, le genre de beauté qui ne passe pas inaperçue, dans les vastes champs de fidèles, avec ses petites broderies et le bel écarlate au vent.

C’est que c’est joli, les broderies ! mais un camion, ça ne mange pas de pain, ça se gare facilement dans les parkings dédiés, alors qu’un pape !… faudrait voir à y ajouter du beurre, et des épinards, au pain du Pape, et le pape est mobile, mais à déplacements lents, alors que la vie va vite, et la voie de garage.

C’est que c’est un métier très couru, et pas pour les coureurs ! pour ça qu’on les véhicule, il paraît, à aller au rythme des foules et des rocs stationnaires – et pimpon quand il recule, tout comme le camion ! Et pourtant, même pompette, on ne peut pas dire que le pape fasse des miracles ou autre chose que du bruit, mais reculer: il sait.

Au hasard des rues.

Endormie comme un bébé sur mon canapé, réveillée dans le corps d’une mamie: j’ai inventé la machine à accélérer le vieillissement des corps – et je me réveille en songeant que j’ai fait un beau voyage, quelque part entre Bridget Jones et Jacques Tati, option Pieds Nickelés.

Lire la suite

Cette dinguerie.

Madame D. avait éteint le micro, débranché les câbles qui le reliaient à l’émetteur, et caché le tout sous son évier, l’étagère du bas. Elle était contente de son émission de la nuit – et en ressortait aussi vide qu’à chaque fois. Elle ne revenait pas encore à elle, explorant le vide de l’après, quand un souvenir, comme un de ces petits cadavres, remonta à la surface de sa psyché – une voix, résonnant dans sa boîte crânienne, deux mots se détachant –

« cette dinguerie »

– et elle souffla, doucement, répétant pour elle-même, à mi-voix, ces termes, prononcés pour une femme qu’elle n’avait pas jamais croisée, dont elle ne connaissait même pas le nom, mais dont elle savait qu’elle avait eu le courage, l’audace, peut-être le tort, d’aller plaider sa cause, de rapporter sa doléance – de déposer une plainte contre un des amis de cet homme, celui dont elle entendait encore ces mots, passés au milieu du reste – « cette dinguerie ».

Lire la suite

Zéro de conduite.

On a bien roulé, et bien des voitures, toujours pourries, dans l’esprit Groland et rural, de la Renault 11 à la BX qui sentait le cochon dès qu’il faisait chaud, des voitures défoncées pour une famille foutraque, à faire tourner les cassettes des chansons débiles de Salvador et de Gotainer, à tous rigoler comme des idiots – et Papa de faire des embardées pour nous faire marrer.

Lire la suite