Fem-fiction

Les différents mouvements féministes ont, bien plus qu’on ne pourrait le croire, beaucoup à retirer d’une étude approfondie de ce qui fait une fiction. Si la première vague reconnue, celle des années 1910, était principalement législative, et la seconde sociologique, entraînée par le M.L.F. et les publications de Questions féministes, leurs revendications s’appuyaient néanmoins sur une théorie de la fiction, non manifeste, mais encore latente. Comme tout mouvement politique, le féminisme a ses réalisations fictionnelles : des romans de George Sand ou de Virgina Woolf, régulièrement étudiés par les gender studies, aux dystopies de Margaret Atwood, très lue aujourd’hui, le féminisme se traduit non seulement par des romans, mais également par les représentations de mondes possibles.

738_442-l1024-h768

Lire la suite

Chloé et les cinq ascètes

Chloé regardait autour d’elle. Elle marchait dans la rue, d’un pas assez rapide, et elle jetait de petits coups d’œil, discrètement. Elle se pressait pour rentrer, mais elle ne voulait pas que cet empressement se voie ; elle ne voulait pas être remarquée.

Enfin une soirée qu’elle pourrait passer seule. Lire la suite

Voyage au bout de Renan

Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais plus rien à dire, maintenant que j’étais triste. Rien. C’est Marcellin Berthelot qui m’a fait parler. Marcellin, un étudiant, un savant lui aussi, un camarade. On s’était croisé à la pension Crouzet, puis plus lâchés ensuite. Un chimiste, un bon dieu en chambre, comme ils disent ! On se rencontre donc à la pension Crouzet. C’était après le dîner. On se met dans ma chambre, j’ai un poêle. Il veut me causer. Je l’écoute. « Restons pas ici ! qu’il me dit. Faut qu’on fasse la science ! » Alors je me dis, on va la faire ensemble. Voilà. « Cette bicoque, qu’il commence, c’est pour les tâcherons ! Viens par ici ! » Alors, on remarque qu’ils sont tous gâtés, les gamins de la pension, à cause de leurs parents ; faut tout leur faire, tout. Quand ils sont mauvais, pareil, faut qu’ils pensent être des bons ; c’est lui même, qui m’avait dit : « Les gamins du quartier latin, ils vous font des ronds de manche et de l’épate, mais dès qu’il faut faire la science, il n’y a plus personne ; la preuve, c’est qu’ils sont dans les amphis à se pavaner, et on trouve personne dans les labos. C’est ainsi ! Siècle de rhétorique ! qu’ils disent. Où ça ? Grands changements ! qu’ils racontent. Rien n’est changé en vérité. Ils continuent à s’admirer et c’est tout. Et ça n’est pas nouveau non plus. Des mots, et encore pas beaucoup, même parmi les mots, qui sont changés ! Deux ou trois par-ci, par-là, des petits… » Bien fiers alors d’avoir fait sonner ces vérités utiles, on est demeurés là assis, ravis, à regarder chauffer notre petite chaudière. Lire la suite

Simone

Ma chère amie,

J’ai pu voir, hier soir, une scène bien étrange qu’il faut que je te raconte. Figure-toi qu’alors que je rentrais rue de la Gaîté retrouver ma tendre moitié, je longeai le cimetière Montparnasse. Mon attention fut brusquement retenue par une agitation que je devinai près du portail ; curieuse, je me dis qu’un petit détour ne me ferait pas de mal, le médecin me conseillant toujours les longues promenades boisées. Lire la suite