De la tristesse, pas du regret.

« Mais ce soir, c’est de la tristesse, et pas le regret », lâcha S. dans un soupir. « Je n’avais rien à en attendre, et je n’attends plus: je fais les comptes ».

Les vieilles chouettes se taisaient , en écoutant S. qui continuait à respirer, sans rien dire d’autre, parce que ce qui restait à faire, que S. devait à son tour digérer et régurgiter ce que l’autre caillou lui avait fait, pour le cracher aussi loin que possible, petite boule de poils et d’amertumes.

Pour le moment, il fallait qu’elle digère, et elle ruminait en elle le bilan de ses espérances et la somme de ses tristesses, et l’envergure de son amour à ce qu’elle avait pu pardonner, et qu’elle voyait, comme dessillée, comme autant de mesquineries ou d’outrages impardonnables. Elle repensait à ce qui s’était passé, dans les derniers mois, et qu’elle déroulait comme le feuilleton du néant, les aléas du rien.

Toutes les histoires d’amour sont des histoires de fantômes, avait-elle un jour entendu , et elle se rappelait ce qu’avaient eu de fantomatique ses relations passées, dans les esquives de tout qu’elle avait repérées, et qu’elle n’avait cessé d’essayer de retenir, s’accrochant à des bribes de spectre, à des bribes de rêves. Elle se rendait compte qu’elle avait surtout eu l’avant-goût des miettes de pain qu’on lui avait laissées, toujours avec parcimonie, en croyant parfois qu’elle finirait par en goûter une tranche, et rêvait de la brioche des années passées aux côtés d’un type un peu incarné.

Elle digérait, maintenant, ce que le caillou lui avait abîmé de tendresse, et ce qu’il lui avait répondu de violence.

« Ces mecs te rendent dingue à force de ne pas écouter, tu deviens dingue, pète une crise, au mieux t’as une consolation rapide parce que tu es une grande malade, et t’as juste perdu ton crédit, et ça t’est encore reproché, de toujours criser », qu’elle avait dit aux vieilles chouettes, et elle pensait à la beauté des colères, à leur inutilité, à l’agitation idiote qu’il fallait lancer pour avoir, quelques instants, et pas à tous les coups, une de ces consolations tout aussi vaines qui remettent une pièce dans la machine.

Elle soignait maintenant sa colère, et prenait le temps de l’affiner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s