Internet et le féminisme (3): Twitter

La récente, et toujours en cours, affaire Weinstein m’amène à m’emparer d’un sujet que je repoussais depuis longtemps : l’activisme féministe sur Twitter. Il s’agit du troisième volet de la série d’articles consacrés au féminisme et à Internet, après une présentation générale et la question du harcèlement de rue.

Aborder le militantisme Twitter est plutôt épineux, le sujet étant des plus polémiques. Il est en effet clair que le militantisme en ligne ne s’arrête pas à l’écran, mais qu’il se poursuit dans la rue et les pétitions : Internet, et en particulier Twitter, amènent un renouvellement des rencontres et de l’organisation militante. Condamner un militantisme (féministe ou non) qui ne serait que virtuel, sans parvenir à se concrétiser par des actions « plus réelles » (à se demander ce que seraient les actions en ligne, si elles ne sont pas réelles), revient simplement à escamoter les quinze dernières années de luttes nées sur la Toile.

Ce sont plutôt les spécificités et les avancées du militantisme féministe sur Twitter qui m’intéressent.

7546649376_29a8156484

Lire la suite

Publicités

Internet et le féminisme (2) : La campagne contre le harcèlement de rue

Second volet du dossier Internet et le féminisme, entamé ici, l’apparition rapide de la notion de « harcèlement de rue » montre un cas concret de campagne militante féministe réussie. L’apparition du terme de « harcèlement de rue » est en effet récente et relativement datable : l’expression remonte à 2012 et elle est rapidement passée dans le langage courant. Pourtant, le phénomène qui est alors décrit est bien plus ancien. Récapituler les étapes de cette campagne militante aux origines multiples et internationales permet de comprendre ce qui a permis cette victoire féministe. Lire la suite

D’écrire, et de parler

Quelques échanges en ligne et hors-ligne m’amènent à mettre par écrit des réflexions de longue date. Il m’a longtemps été difficile de comprendre ce qui faisait une relation amicale, ou même les légères conversations que les Anglo-saxons appellent le small talk ; je ne comprenais pas l’intérêt de parler de la météo – il s’agit, en fait, d’éviter de parler de politique. La conversation est un art particulièrement délicat, et la plupart de ses tentatives sont des échecs plus ou moins avoués ; nombre d’entre nous peuvent être convaincus de l’incommunicabilité de toute chose devant ces périls renouvelés. La conscience des biais sexistes, comme le manterrupting, l’identification assez claire de ce qui fait une mauvaise conversation – celle où l’on n’échange pas, mais où il s’agit de dominer son interlocuteur – ou l’attention que j’aime porter aux dialogues littéraires peuvent rendre intimidante l’entrée en conversation – comme son entretien. Lire la suite

Que faire de l’encombrant corps de l’auteur ?

Cette petite épître, Guillaume, pour reprendre, comme tu m’y invites, la manette ; parce que l’auteur, comme l’œuvre, on ne peut espérer s’en débarrasser aisément. Nous partageons, il me semble, la même méfiance à l’égard de l’auteur, pris dans un sens romantique ; mais cet auteur, il est bien là, si ce n’est pour nous, du moins pour ses fans. Je te suis sans souci, quand il s’agit de voir dans l’auteur ou l’œuvre des fictions : mais l’un comme l’autre existent ; nous vivons de ce consensus, que ce soit en tant que critiques, ou lorsque nous achetons un billet de cinéma, parce que nous aimons un réalisateur ou une réalisatrice. Lire la suite