D’hiver.

M. ne regardait pas par la fenêtre: penché sur son ordinateur, il restait légèrement penché sur l’écran bleuté, tandis qu’un frisson le parcourait. À côté de l’écran, un mug cessait de fumer, tièdement radouci, auquel il témoignait, de temps en temps, une attention goulue. Lire la suite

Publicités

Explorateur

Assis à son bureau, devant son ordinateur. Le rallumage de la machine se fit avec une lenteur qui le désespérait ; il s’aperçut, touché d’une confiance qu’il ne pensait pas avoir mérité, et dont la seule trace l’atteignait en plein, comme une main tendue dans le silence de sa disparition. Les sons annonciateurs du démarrage réel l’amenèrent à croire, un bref instant, que L. était dans la pièce. Lire la suite

Holimals

L. avançait dans l’allée, M. à sa suite, légèrement distrait. La borne se trouvait encore à quelques mètres du parking: elle sentait l’air s’adoucir, à quelques kilomètres des faubourgs la température baissait déjà un peu, et les graviers de l’allée lui paraissaient presque exotiques – moins d’écrans dans les loisirspaces, se rappela-t-elle. Pas de personnalisation non plus: elle ne voyait que des spots présentant les autres loisirspaces partenaires, et les conditions tarifaires – elle n’eut que le temps d’apercevoir de petits caractères, les portillons de l’entrée étaient ombragés: de grands palmiers avaient été installés, superbes et clignotants. Les badauds épars commençaient à se masser devant les bornes: le passage des portillons, comme toujours, était entravé par un embonpoint récent ou un maquillage trop prononcé, même si peu de femmes se trouvaient présentes. Une remarque, entendue en passant, ne la retint qu’un instant – M. restait impassible, comme s’il n’avait pas compris que c’était à lui que s’adressait cet homme entr’aperçu. Lire la suite

Filles de trottoir

Longtemps j’ai voulu éviter les heurts. Sur les trottoirs, alors que la foule me bousculait, je m’excusais d’avoir été poussée: ma présence se faisait spectrale, ma marche acrobatique, et je revenais parfois à un équilibre précaire. Les déambulations me rappelaient quelque chose d’une inexistence, car je voyais bien que l’on ne me voyait pas, et que j’étais décidément fille de vitrière. La lecture me montra ce qu’avait de collectif cette répartition du trottoir, et de systématique la descente aux caniveaux de celles à qui l’on racontait qu’elles étaient les grandes bénéficiaires d’une générale galanterie. Lire la suite