D’horreur et de musique: le cinéma du réel

Deux genres de films me semblent, non à première vue, mais en y regardant de plus près, étrangement proches: la comédie musicale et le film d’horreur. Ce n’est pas tellement dans leur conjonction en un autre sous-genre, la comédie musicale horrifique, dont le Rocky Horror picture show ou Beetlejuice sont des exemples bien connus, que l’on peut voir les similitudes entre ces deux genres, mais plutôt dans leur traitement de la réalité.

rocky médic Lire la suite

Publicités

Woody Allen ou la fabrique du connard

Les faits sont connus: Woody Allen est accusé d’agression sexuelle sur sa fille Dylan Farrow. Sans revenir sur cette affaire incontestable, et pourtant contestée, je pense qu’il est nécessaire de se pencher aussi sur la filmographie d’Allen: comme pour Polanski, visionner ses films est en effet assez édifiant. J’ai, avant de partir aux États-Unis, voulu revoir Annie Hall et Manhattan, bien décidée à oublier la vie de l’artiste, pour me concentrer sur l’œuvre. C’est en fait impossible: l’œuvre d’Allen est taillée sur mesure pour le justifier lui-même – phénomène d’ailleurs mis en avant par Willa Paskin pour Louie de Louis C.K. La filmographie d’Allen est bien une vaste machine servant son auteur: elle est la fabrique du connard.

30345-Woody-Allen Lire la suite

Comment comprendre qu’il y a anguille sous roche ? (2) Stratégies littéraires

Après avoir appréhendé l’écriture d’une relation sexuelle dans Le Rouge et le Noir, voici maintenant quelques pistes permettent de décrypter la possibilité d’une relation sexuelle entre les personnages. Celles-ci peuvent se retrouver aux différents d’énonciation des textes : diégèse, narration, mais aussi par la stylistique. Lire la suite

Comment comprendre qu’il y a anguille sous roche ? (1) Le Rouge et le Noir

Jusqu’au XXe siècle, les auteurs voulant aborder des questions d’ordre sexuel se sont trouvés confrontés à l’épineux problème de la censure : comment éviter les problèmes de décence et d’outrage à la pudeur ? Rappelons que 1857 est l’année de deux grands procès pour outrage aux mœurs, celui de Madame Bovary et des Fleurs du mal (Flaubert gagne, Baudelaire doit expurger son édition). Rappelons également que les textes de Sade n’ont commencé à être édités officiellement qu’au XXe siècle par Pauvert, d’abord sous le manteau, et que J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian est officiellement toujours interdit en France.
Lire la suite