Retour sur L’Île aux femmes

L’île aux femmes, petit court-métrage que j’ai co-réalisé avec mon comparse Ramo, a aujourd’hui un an et demi. Je suis toujours très fière de cette première vraie réalisation, comme d’avoir pu répondre à une interview pour Barbieturix ; j’ai maintenant envie de revenir sur la genèse de ce petit projet. Cela faisait déjà quelques mois que Ramo me demandait de lancer une émission féministe – projet interrompu, pour le moment du moins. Le format d’une émission ne me convenait pas trop, quand bien même j’étais déjà convaincue par la nécessité de mettre en place un youtube féministe, qui se met progressivement en place. Le format cinématographique m’intéressait plus, et l’idée de me lancer dans un projet long pendant mes années de thèse m’effrayait. En revoyant L’Île aux fleurs de Jorge Furtado, tout se débloqua: nous allions rendre hommage à ce court-métrage génial, tout en proposant un nouveau discours, cette fois féministe.

Le choix du format du mash-up ne se limitait pas à la volonté de rendre un hommage à Furtado: c’est une forme qui, comme le found-footage, pose des questions épistémologiques, esthétiques et politiques, toutes choses qui nous intéressaient. Un mash-up est un mélange d’images et de sons: il correspondait bien au format initial de L’île aux fleurs, lui-même fait de petites séquences filmées ou animées, et dont le rythme, saccadé et croissant, permet une montée en puissance jusqu’à la conclusion finale. La voix off de ce court, en outre, déstructure par un jeu de périphrases répétées et au ton pédagogique  les stéréotypes et les clichés, particulièrement efficace pour déconstruire les stéréotypes, qu’ils soient capitalistes ou sexistes: puisque ça fait rire et réfléchir, pourquoi nous en priver ?

Contrairement au court-métrage de Furtado, nous n’avons pas tourné nos propres images. La chose n’aurait pas été impossible: il m’a cependant semblé préférable de montrer, en utilisant des images déjà existantes, qu’elles proviennent de films ou d’archives, que le féminisme se comprend comme un regard nouveau posé sur des choses anciennes et déjà là: le mash-up renoue alors avec des questions posées par le found-footage, en montrant comment ces images déjà vues se trouvaient transformées par le montage et le discours tenu par la voix off. Il s’agissait, modestement, de réaliser une petite part de la révolution épistémologique opérée par le féminisme.

Les films choisis ne l’ont pas été par hasard: ils rendent un autre hommage, cette fois à l’actrice et féministe Delphine Seyrig, dont la filmographie a été dûment utilisée. Ils ont été croisés avec quelques extraits du film Les femmes du bus 678: Madame Débois, l’héroïne de ce petit court, nous rappelle que le sexisme n’a ni frontières, ni limites.

Le format global de ce petit film ne le prédestinait pas à la plateforme youtube, sur laquelle les émissions et les vlogs tiennent le haut du pavé. Le film, en ne mettant pas en scène une personne parlant directement à son public, en s’adressant à lui ou en l’appelant à s’abonner, ne joue pas le jeu de ce réseau social par vidéos et commentaires. Au contraire: par la multiplicité des références et l’atypie du ton, comme par la déconstruction logique, L’île aux femmes est avant tout une vidéo faite pour troller.

2 réflexions sur “Retour sur L’Île aux femmes

  1. Bonjour,
    Je m’occupe de la programmation du We Too festival, festival féministe pluridisciplinaire qui se déroulera à Paris du 5 au 9 mai 2020 au Théâtre Lepic. Est-ce que si le film est sélectionné, vous auriez la possibilité de venir en parler avec le public ? Cordialement,
    Hélène Merlin (projection.wetoofestival@gmail.com)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s